Audio | France Culture 31/12/2019

Émission L’Invité(e) des Matins par Benoît Bouscarel | France Culture
“La République islamique d’Iran est-elle en danger ?”

La République islamique d’Iran est-elle en danger ?

31/12/2019

Étranglée par les sanctions américaines, la population iranienne se révolte contre le pouvoir qui, en retour, exerce une sévère répression à l’encontre des manifestants. La République islamique d’Iran est-elle en train de vaciller ?

Des femmes brandissent le portrait de l’Ayatollah Ali Khamenei, dans une contre manifestation organisée en faveur du régime, le 25 novembre 2019. • Crédits : ATTA KENARE / AFPAFP

En Iran, l’année 2019 n’aura pas seulement été marquée par le quarantième anniversaire de la Révolution islamique célébrée en grande pompe par les dignitaires du régime. Elle aura surtout vu de nombreux et nouveaux mouvements de contestation très puissants témoigner d’une situation économique et aussi politique devenue insupportable pour une grande partie de la population.

Nous en parlons ce matin avec l’intellectuelle iranienne, écrivaine, journaliste Fariba Hachtroudi.

L’arrestation de Fariba Adelkah est inadmissible. Elle a été stupéfiante pour tout le monde. C’est incompréhensible mais lorsqu’on connaît les arcanes du pouvoir iranien, on sait que ce sont des prises d’otage, qui visent à échanger des prisonniers, contre la politique de la France vis-à-vis des groupuscules d’opposition. (…) Ce sont les services de renseignements des Gardiens de la Révolution qui décident de ce genre d’arrestation, mais c’est trop opaque pour en être sur. Il y a une logique interne incompréhensible pour le commun de mortels : allez savoir qui est monnayable et qui ne l’est pas, pourquoi on en arrête certaines et pas d’autres.

La France menace de couper absolument toutes les relations scientifiques avec l’Iran. Ce serait une grande erreur, car ce serait encore pénaliser la société civile, les universitaires iraniens qui travaillent déjà dans des conditions terribles”.

À LIRE AUSSI

Actualités

Deux chercheurs français toujours détenus en Iran

La population se sent prise en étau entre deux forces destructrices : d’une part les États-Unis et de l’autre, l’incurie, le jusqu’au boutisme du pouvoir. 80% des gens que j’ai rencontrés récemment veulent partir. Les sanctions américaines ont créé une situation de désespoir : on a des parents qui ne peuvent plus soigner leurs enfants, le peuple n’a plus rien, la classe moyenne s’appauvrit de jour en jour.

La politique expansionniste de l’Iran est très coûteuse. Le régime a joué pendant des années en affirmant que la sécurité intérieure était liée à la puissance régionale. Ce n’est pas faux. Mais à quel prix ? Ce message, aujourd’hui ne marche plus, d’autant qu’on dénonce le régime en Irak, au Liban, en Syrie. La population iranienne ne veut plus de cette politique, et ne croit plus en cette protection que doit lui assurer le régime.

 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *